LyonCityBreak.fr
Centre d’histoire de la résistance et de la déportation

Musée traitant l’histoire de la seconde guerre mondiale dans le monde, en général, le Centre d’histoire de la résistance et de la déportation retrace l’histoire de cette guerre en France et à Lyon en particulier. Il se trouve dans le 7e arrondissement de Lyon et a été symboliquement aménagé dans les locaux de l’ancienne école de santé militaire occupée par la Gestapo entre le printemps 1943 et le printemps 1944. Il a été inauguré le 15 octobre 1992.

Historique du CHRD

20 ans après la libération, un musée de la Résistance fut né à Lyon. Il été animé par d’anciens résistants et déportés qui ont voulu laisser leurs traces dans l’histoire. La mise en place de ce musée a été encouragée par quelques résistants de la France libre et de l’intérieur en plus du soutien de Louis Pradel, maire de l’époque. Ainsi, le premier musée de la résistance et de la déportation fut inauguré le 8 mai 1967 à la rue Boileau, dans une salle que le Muséum d’histoire naturelle a prêtée. 20 ans après, le procès Klaus Barbie, nommé chef de la Gestapo s’est tenu le 4 juillet 1987 et il a été jugé coupable de crimes contre l’humanité et condamné par la cour d’assises du Rhône à la réclusion criminelle à perpétuité.

C’est de cette décision que la mémoire collective des Lyonnais s’est réveillée pour penser à la création d’un établissement municipal en dédicace à la Seconde Guerre mondiale. C’est ainsi que tout le monde a pensé à l’ancien site que la Gestapo occupait.

Michel Noir maire de Lyon de l’époque et mr Alain Jakubowicz, ancien avocat des parties civiles lors du procès Barbie, ont été à l’origine de l’inauguration du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation le 15 octobre 1992. Cette inauguration a enregistré la présence de Jacques Chaban-Delmas et d’Élie Wiesel prix Nobel de paix.

Accueil du centre d'histoire de la resistance et de la déportation
Accueil du centre d’histoire de la resistance et de la déportation

Les activités du CHRD

Dans le centre, il y a des expositions temporaires et des expositions permanentes en plus des visites. L’exposition du centre a été organisée selon les concepts fondamentaux de l’époque comme l’engagement, la propagande et l’information. Il y a aussi le temps et l’espace. Le visiteur pendant l’exposition permanente découvre l’univers des années d’occupations à l’aide d’un système d’audio guidage qui lui permet d’écouter le son qui va avec ce qu’il regarde. Il entrevoit aussi la nuit tour à tour. De la nuit du secret et de la clandestinité à la nuit de l’espoir en passant par la nuit noire de la peur et de la trahison, celle des wagons plombés, celle claire et celle de la résistance. Se promenant entre les murs qui enferment ou séparent tantôt ou cachent et abritent tantôt, le visiteur peut comprendre à travers la manière dont les blessures et les cicatrices de l’époque sont symbolisées, ce que les résistants ont dû enduré.

Les expositions temporaires abordent souvent les thèmes de la Tchétchénie, de l’engagement des femmes et du mur de Berlin. Au Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation, vous avez beaucoup de choses à découvrir concernant la Seconde Guerre mondiale.

Site internet : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/

Numéro de téléphone04 72 73 99 00

Adresse : 14 avenue Berthelot – 69007 Lyon

Passionné de musées ? ici les 12 autres musées de la ville de Lyon.

Faites connaitre cet article à vos amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.